un article de Jean-Louis Mercier (La Montagne)

Un article très clair sur le sujet de Jean Louis Mercier sur le quotidien La Montagne daté du 17/05/2017 version en ligne ici 

“Le BIM, c’est l’avenir des architectes, maîtres d’œuvre et entreprises du bâtiment. Cette maquette numérique bourrée d’informations sera bientôt à la base de tous les projets.
BIM, c’est le nom de la prochaine révolution dans le domaine du bâtiment. Une révolution numérique qui prendra probablement 10 ans, et qui vient de démarrer en douceur.

BIM, c’est l’acronyme de Building information modeling. Il s’agit d’une méthode de travail nouvelle, qui est basée sur la maquette en trois dimensions du bâtiment. À la maquette 3D s’ajoutent toutes les infos techniques liées au projet, toutes les caractéristiques techniques de tous les éléments : de la porte aux toilettes en passant par les murs, les sols, les fenêtres, etc. Il peut s’y ajouter le phasage dans le temps, les ressources humaines et matérielles…

Tous les jeunes qui sortent des écoles aujourd’hui sont dans la 3D depuis longtemps.

Le projet, sa réalisation, toute la vie du bâtiment jusqu’à sa déconstruction peuvent être inclus dans cette base de données qu’est le BIM. Une vraie révolution, donc, qui va s’imposer aux entreprises. C’est ce que Nadine Samarine, animatrice métiers à la Fédération française du bâtiment Nouvelle-Aquitaine, a présenté à une poignée de chefs d’entreprises, voilà quelques jours à Tulle.

« Tous les acteurs qui vont travailler sur un projet, chaque corps d’état va apporter en temps réel ses éléments ». L’avantage est évident : superposer les éléments de chacun, par exemple entre le plombier, l’électricien et le plaquiste, permettra « d’éviter les problèmes de compatibilité entre les différents intervenants », complète Nadine Samarine.

La présentation 3D du BIM permet en outre à chaque intervenant de visualiser parfaitement ce qui lui est demandé, et au client d’avoir une idée précise de son futur bâtiment.

Pour les gros comme pour les petits
Le BIM a des airs d’usine à gaz pour beaucoup de chefs d’entreprises d’aujourd’hui. « Mais il faut bien se dire que tous les jeunes qui sortent des écoles aujourd’hui sont dans la 3D depuis longtemps », prévient l’animatrice.

Il reste aux entreprises à s’organiser en interne pour franchir cette nouvelle étape, mais aussi à former ses personnels, et avant tout à investir dans le bon logiciel. Sur ce dernier point, il est urgent de ne pas s’affoler. La FFB est en train de trier le bon grain de l’ivraie. « Un appel d’offres a été lancé au niveau national. 170 fournisseurs de logiciels ont répondu » explique Nadine Samarine, qui se refuse pour l’instant à conseiller un logiciel plus qu’un autre.

Une légère reprise dans le bâtiment en Limousin

Ce qui est sûr, c’est que le BIM ne sera réservé ni aux grandes entreprises, ni aux gros chantiers, ni aux seules constructions neuves. Autant dire que toutes les entreprises du bâtiment sauront bientôt ce que veulent dire ces trois lettres”

Jean-Louis Mercier
jean-louis.mercier@centrefrance.com

Laisser un commentaire